samedi 10 décembre 2016

Bysance

 Promenade historico-artistique où nous basculons dans l'ère chrétienne, je quitte à regret les "avant jésus-Christ" avec  Bysance, re -baptisée Constantinople par l'empereur Constantin et où l'on perçoit que cet art bysantin est dans sa presque totalité "chrétien ".



 Terminé, les bijoux profanes, les ornements retrouvés sont à caractère religieux, croix, médailles  sont façonnées avec les mêmes techniques mais beaucoup d'opus interassile ; on ne peut pas dire que ce soit par manque de matière première : 145.000 kilogrammes d'or font partie du trésor d'Anastase en 518. De quoi faire pâlir d'envie les Romains, dont la réserve en sa totalité ne dépassait pas 450 kg.

                                                                            British Museum
 Les vêtements de cour sont somptueux, ornés de pierres précieuses enchassées, camées et émaux et toujours, les filigranes et granulations s'y entremêlent. 
Si beaucoup ont été perdus, les Musées nationaux en conservent encore, que ce soit à Istambul, Athènes, Rome, Londres ou Paris.

Beaucoup plus simple cette boucle d'oreille, conservée au British Museum avec cette réminiscence des décors animaliers (XII ème)
 Les mosaïques de Saint Vital à Ravenne où l'empereur Justinien et l'impératrice Théodora donnent une petite idée de cette magnificence.
L'empereur lui-même arbore des boucles d'oreilles.

Boucles d'oreilles très "bysantines" or, cornalines, lapiz-lazuli et grenats.
 Première période bysantine. Athènes Musée Benaki

On retrouve toutes les formes déjà expérimentées, exemple en est donné avec cette autre boucle d'oreille décorée d'oiseaux en opus interassile.( VII ème s)

                                                              British Museum

 Cette incursion au Moyen -Orient chez les empereurs va nous amener à un autre empereur ; Charlemagne.

 https://www.herodote.net/395_a_641-synthese-115.php


 

vendredi 9 décembre 2016

Des Celtes aux ... Barbares

 Et Dieu sait que ce terme "Barbare" m'agace !! c'est plus facile de mettre dans le même sac, les Wisigoths, les Ostrogoths, les Francs, tous ces peuples qui, du Danube en traversant le Rhin s'installèrent en Europe ; mais revenons aux précédents, les Celtes.
et tachons de respecter la chronologie de ces déplacements d'envahisseurs qui déferlent les uns après les autres poussant les envahis un peu plus loin, comme les Celtes d'ailleurs qui traversent la Manche sous la poussée des .... Romains.
On a un peu le vertige de jongler entre tous ces siècles avant J C, mais l'Art est un lien évolutif mais vraiment constant.
 Alors....,  les Celtes.
 Nous avons vu  les travaux de joaillerie au VII ème s av J C chez les Grecs et les Etrusques mais pendant ce temps en Europe centrale d'autres peuples s'expriment.
Peu de bijoux à Hallstatt, qui fut (je vous l'ai déjà dit), un de mes déplacements privilégiés à la rencontre de ces lointains "ancêtres".  Je  dirai  que la Tène est la période où l'expansion Celte part dans toutes les directions,  et conquiert Rome, les Balkans, les territoires d'Asie Mineure, la France. la Belgique et l'Espagne du Nord.


Tout en subissant l'influence des pays occupés, les caractéristiques de Hallstatt restent présentes et font montre de plus de simplicité encore, les colliers sont faits de deux piéces enclavées du type à corde, les chatons disparaissent des bagues pour n'étre qu'un simple anneau.
Cependant Diodore écrit "Ils portent des bracelets aux poignets et aux bras, d'épaisses bandes en or massif autour du cou, des bagues aux mains
 et ils s'habillent même de tuniques en or".
 Au 1er siècle avant notre ère  nul doute que les envahisseurs Romains en ont fait bon usage, et c'est à ce moment que, repoussés en Grande -Bretagne ils se réfugient au plus loin, Ecosse,  Irlande, lorsque les Romains pénétrent en Angleterre.
C'est au Pays de Galles,  à Mold que l'on a découveert une immense feuille d'or pesant ciq cent grammes, décorée de motifs géométriques enchevêtrés au repoussé.

 http://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?objectId=808751&partId=1

Cette influence Celtique présente en Irlande, se fera longtemps sentir comme en témoigne cette fibule où toutes les techniques sont employées :

 Restons en Atlantique pour évoquer encore un peuple de navigateurs, et non des moindres qui ont terrorisés les riverains des fleuves qu'ils remontaient ; les Vikings.
 Ils ont navigué jusqu'à Bysance, en Perse, en Inde, ont découvert et colonisé l'Islande et le Groënland et probablement atteint l'Amérique du Nord. 
Là encore, quelle est leur part d'invention, hors des joailleries qu'ils avaient pillées ?
Ils font preuve d'une grande habileté dans le travail au burin au repoussé et maîtrisent le filigrane.

Le navire funéraire de Sutton Hoo, nous en apporte les exemples mais nous avons changé de siècles puisqu'il date du VII ème sièle après J C..

                                                         casque de Sutton Hoo; British Museum
 http://www.telegraph.co.uk/news/earth/10722404/Spectacular-Sutton-Hoo-treasure-on-display-at-British-Museum.html

C'est au Musée des Antiquités nationales de Stocklom, que l'on peut admirer les colliers en or de Farjetstaden et Alleberg retrouvés en Suède

 https://www.youtube.com/watch?v=q073B4LpmK0&list=TLNvU3QQkBFos

Broche viking or repoussé et granulations. Musée des Antiquités de l'Université Oslo
 Nous avons vu que les Romains avaient chassé les Celtes et bien c'est à leur tour, nous connaissons mieux parmi ces nouveaux envahisseurs, les Wisigoths qui firent de Toulouse, leur capitale. 
 La grande invention des ... Barbares !  n'hésitons pas !  est le fermoir. Toujours en déplacement, fixer solidement leurs ornements était de la première importance. Nous avons déjà évoqué le trésor de Guarrazar et ses couronnes votives conservées à Cluny et Madrid.




Nous  avons observé leur maîtise de toutes les technniques, le repoussé, la granulation, les émaux et les ajours. Leur habileté dans le travail d'enchassement des pierres est remarquable surtout en Espagne où l'or, les pierres fines  dont le saphir et les perles sont trés utilisés.

 Broche polychromme en forme d'oiseau. Saragosse. Musée archéologique de Madrid
 Mais il nous faut aussi évoquer d'autres trésors dont celui découvert à Tournai en 1653. Trésor et restes de Childéric 1er fondateur de la dynastie mérovingienne premier roi des Francs, enseveli en 481 de notre ère bien évidemment.
 http://www.persee.fr/doc/pica_0752-5656_1988_num_3_1_1528

L'énumération de ce trésor conservé à la Bibliothèque nationale donne le vertige trois cent cigales d'or, des boucles des épées, des bracelets en or cloisonné  de grenats notamment.

Un autre encore en Roumanie : le trésor de Petrossa (VI après J C) conservé au Musée de Bucarest.



  Cette boucle est donnée comme le plus beau bijou façonné par les artisans barbares.
 Ce rapace de trente centimètres dont la tête et le cou sont sculptés d'une seule pièce est orné de plumes ajourées en opus interassile : le corps  est en relief souligné de pierres précieuses serties en cloisonné.
Les pendeloques sont faites de quartz.
 On n'avait pas vu de travail dans l'art animalier aussi accompli, depuis les Scythes, mille ans auparavant.

 http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1865_num_9_1_67086

http://docplayer.fr/20387455-Le-tresor-de-petrossa.html



http://www.monatlas.fr/Hist/antique/antiq.html

jeudi 8 décembre 2016

Des Phéniciens aux Irlandais

 Nous continuons le voyage et grâce aux Phéniciens, nous franchissons les colonnes d'Hercule pour passer dans l'Atlantique.
Ces fantastiques navigateurs que furent les Phéniciens, ont essaimé sur les rivages de la Méditerrannée, une culture mélée des influences précédentes, minoennes, mycéniennes, égéennes et étrusques et égyptiennes.
Il semblerait qu'hormis les marchandises transportées (1000 av J Ch) ils étaient été eux-mêmes des orfévres.
La technique de la granulation se remarque dans leur production au travers  d'un trésor qu'ils ont laissé en Espagne et que l'on peut admirer au Musée archéologique de Madrid, le trésor d'Aliseda, catalogué comme Art Phénicien punique du VI ème siècle av J CH.
(au passage, ce sont les guerres puniques qui mettent un terme à leur civilisation de six siècles)

                                                Aliseda. Musée archéologique de Masrid

 https://books.google.fr/books?id=-9MUAAAAIAAJ&pg=PA49&lpg=PA49&dq=tr%C3%A9sor+de+aliseda&source=bl&ots=M9IxFJHNwJ&sig=6a1a99koaqoVSowN4x1rh3ejkSg&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwi8qMbOnuTQAhWJnBoKHa-vAdMQ6AEITjAI#v=onepage&q=tr%C3%A9sor%20de%20aliseda&f=false



                                            Aliseda Musée archéologique de Madrid

 Le trèsor qu'ils laissent sur les rives de la Sardaigne à Tharros, figure une forte influence égyptienne, feuilles d'or repoussé et granulations, palmiers stylisés et scarabée ailé.
Remarquez-vous qu'à travers le passage de civilisations aux suivantes, les techniques ont une base commune, enrichie de nouveaux apports.

 http://www.sardegnaintour.it/fr/le-territoire/le-sinis/lancienne-ville-de-tharros

 Les Phéniciens qui ont abordé l'Irlande avant les Romains recherchaient dans ce pays des matières premières comme l'étain mais y portaient des objets manufacturés.
On dit que c'est à la période néolithique  que les premiers irlandais atteignent ce pays après avoir traversé l'Angleterre, toujours est-il que c'est dès le III ème siècle qu'ils font preuve d'une maîtrise parfaite du travail de l'or; leur marque de fabrique est indéniable.
Elle fait preuve de plus  de sobriété et donne une prépondérance aux "lunules" ornements de cou en forme de croissant de lune, ciselés et gravés avec des dessins géométriques. On peut leur attribuer sans conteste cette forme d'ornement; mais on ne peut ignorer non plus les influences subies par les apports du façonnage des civilisations déjà évoquées et très probablement grâce aux Phéniciens.
 Après les colliers les plus représentatifs, étant la barre tordue ou le ruban serpentiforme, apparaissent les bracelets aux environs de 1200 av J C, aux dessins repoussés, ornés de sphéres ou de céramique.
Pour l'approvisionnement en or, après épuisement de leurs ressources locales, ils semblent avoir importé de l'or de gisements connus en Allemagne.
 C'est  vers l'an 800 av J C au moment de la période dite  "Dowis" que sont produits un nombre important de bijoux ; le plus représentatif a été découvert à Shannongrove.

 https://www.pinterest.com/pin/337418197056022664/

Art  Irlandais ;  National Museum Dublin.
Gorgerette  aux extrémités convexes, or repoussé et granulations.
 (VII éme s. av JC )
 Cette fois-ci il faut aller au National Museum de Dublin
  mais les Celtes ne sont pas loin ....et ce collier torque trouvé dans les Bogs of Curry, rappelle ce type d'ornement des Celtes de l'Europe centale ; celui-ci à émigré au British Museum.



http://www.museum.ie/Archaeology/Exhibitions/Current-Exhibitions/Or-Ireland-s-Gold


mercredi 7 décembre 2016

Innovations Romaines

Nous avons vu comment l'expansion grecque  avait élargi la diffusion des parures hellènes, cette fois-ci c'est l'expansion romaine qui met fin à leur pénurie en or.
Nous savons bien , nous, les Pyrénéens, que les Romains ont largement puisé dans nos mines. L'or dans les derniers siècles avant Jésus-Chrit ne suffisait pas à la confection des bijoux, il fallait aussi payer les légions.
Rome n'est pas à court de lois, elle en promulgue deux déjà au III ème av J Ch,  la "Lex Oppia" qui ne permet pas aux femmes de porter plus de quinze grammes d'or  puis "la loi des Douze Tables" qui limite la quantité d'or enterrée  dans les sépultures ( en 450 de notre ère).
Ce sont généralement les joailleries grecques ou étrusques qui circulent jusqu'en 27 av J C, période impériale,  mais vers les années 200 les Romains créent leurs propres modèles, l'opus interassile, travail ajouré précurseur des "ajours" bysantins que nous verrons plus tard.
L'arrivée massive de l'or et des pierres précieuses balaye les lois restrictives et l'on assiste alors à une "exposition" massive des ornements dont les bagues sont les plus  représentatives du statut social de ceux qui les portent, hommes et femmes.
Nous sommes loin des bijoux légers des Grecs .! plus le bijou est lourd en or, mieux on montre sa richesse.
Il ne faut pas en déduire que  tous nous sont  parvenus ; nous avons vu que le British Museum en possède une certaine quantité.
 On a une idée de ce que pouvaient être ces parures grâce à la découverte de Pompéi et notamment de ce fameux portrait, aussi au British Museum.

  Outre les gemmes enchassées, les romains mettent au point les intailles  et les camées, on remarque aussi l'utilisation des figures représentées sur les pièces montées en bagues ou en bracelets et colliers.
 et dans l'ensemble la joaillerie devient plus sobre en se libérant des influences grecques, mettant plus en avant les pierres enchassées.
 Encore fallait-il pouvoir se les procurer, les émeraudes venaient  d'Egypte, les grenats d'Europe orientale, topazes, agates, perles et diamants bruts d'autres territoires conquis.
Cette planche illustre bien ces diverses techniques ;


 noeud d'Héraclès
 intaille
 anneau en interassile
 anneau en monnaie
 et pierres fines enchassées

 Les boucles d'oreilles sont aussi différentes.

 plus simples; le commanditaire de ce bijou, moins riche sans doute ne peut commander qu'un grenat et pour retrouver le vert des émeraudes, il emploie du verre coloré.

Je me souviens avoir été émerveillée lors de ma visite au Grand Palais à Paris de l'exposition "L'or des Scythes", suffisamment impressionnée pour, j'en frémis  !!!  il y a quarante ans !!!  ne l'avoir jamais oubliée :

 http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1975_num_119_3_13163

Les Scythes,  d'autres envahisseurs, qui se rendent maître de l'Asie Mineure  sept siècles avant J C,  sont les dessinateurs et auteurs probablement les plus brillants de l'Antiquité.
Il n'avaient pas, comme les romains plus tard, de limitation dans l'ensevelissement de leurs morts dans les kourganes et leurs tombes ont révélé des trésors.
Leur maîtrise de l'ornementation animalière est époustouflante, et c'est leur marque de fabrique.



                                                          Musée de l'Ermitage
 Il y a longtemps que je propose  ce cerf très stylisé  du IV ème siècle av J C conservé au Musée de l'Ermitage.

   La tombe de Certomlyk en Russie Méridionale a fourni un certain nombre de bijoux en or repoussé mais c'est au Kurdistan que le cercueil de Ziwiyé a livré un trésor inestimable ou cette représentation animale est faite avec le plus de vigueur.

 https://books.google.fr/books?id=s4OlCgAAQBAJ&pg=PT22&lpg=PT22&dq=cercueil+de+ziwiy%C3%A9&source=bl&ots=koH8so54hX&sig=XfgAqBVOkj9w0vOJ0aeB5fLUFVY&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwiZhL32--HQAhUFORoKHSqkD2oQ6AEIHTAA#v=onepage&q=cercueil%20de%20ziwiy%C3%A9&f=false

 Mais, l'on est jamais tranquille, au IV ème siècle, d'autres peuples nomades poussent les Scythes vers la Crimée et restent maîtres des steppes, ce sont les Sarmates, puis, transactions commerciales aidant, la joaillerie grecque fait son apparition dans les tombes des ces iraniens d'origine.
C'est le trésor d'Oxus aux confins de l'URRS et de l'Afghanistan qui livra le plus grand nombre de bracelets,de diadèmes ou autres joailleries (II ème siècle); si le Musée de Léningrad en posséde quelques uns, c'est une fois de plus au British Museum qu'il vous faudra aller.

https://books.google.fr/books?id=AYQM8yb4uRAC&pg=PA111&lpg=PA111&dq=tr%C3%A9sor+d%27Oxus&source=bl&ots=uMcFxqb2Ls&sig=zgqnp-RgmsBr2pTIyClo7V-P_48&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwjrjKbC8-HQAhVJ2BoKHfyiD1MQ6AEIYDAI#v=onepage&q=tr%C3%A9sor%20d%27Oxus&f=false
 Mais il est encore à remarquer que ces tombes Sarmates livrent une joaillerie tres "Scythe" et si c'est dans leurs tombes qu 'elles ont été découvertes , je trouve frappant qu'elles présentent une décoration animalière aussi semblable......


Ces griffons ailés du trésor d'Oxus devaient,  dans leurs alvéoles, contenir des pierres colorées enchassées : 

 autre  bracelet en or repoussé,  Art Scythe du IVème à Léningrad
                                            mise à mort d'un cerf par des griffons 

Remontez jusqu'à la première page :

 https://books.google.fr/books?id=LQkLkdWh0MsC&pg=PA234&lpg=PA234&dq=tr%C3%A9sor+de+Certomlyk&source=bl&ots=QPUbY9BKb9&sig=0N8XE_MAj7C6W-NS_B6gNXzMxKQ&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwilzLXo-uHQAhUCQBoKHVupAFsQ6AEIHTAA#v=onepage&q&f=false

mardi 6 décembre 2016

Influences grecques


 Il sera intéressant de suivre l'évolution des techniques et des modes jusqu'à notre époque où la parure d'or se fait plus discrète, sécurité oblige, d'étudier aussi celle  des influences ; nous avons déjà vu l'influence de l'Egypte, il s'agit maintenant de celle des Grecs sur les Etrusques.
Au VI ème siècle avant notre ère, elle est prépondérante avec l'introduction de l'art du cloisonné et celle du filigranne plus facile d'exécution que la granulation.
 On abandonne un peu les boucles d'oreilles au profit des colliers, plusieurs tours de chaînes et petites sphères pendantes, les bagues aussi.


 boucle d"oreile en spirale avec motif floral 400 av J C British Museum

Puis les Etrusques retrouvent leur individualité au Vème siècle jusqu'au III ème siècle où ils sont absorbés par l'Empire Romain.
Chez les Grecs l'activité artistique semble ralentie jusqu'à l'époque archaique (600-475 av JC) ; deux raisons à cela : l'austérité relative des structures sociologiques et la difficulté de se procurer la matière première, qui ne pouvait venir que de l'Italie du Sud ou de la Russie septentrionale.
Les artisans grecs travaillaient pour les Etrusques ou les Scythes ; l'on perçoit bien à travers les échanges commerciaux comment des bijoux hellènes parvenaient jusqu'en Russie.
Beaucoup de bijoux figuraient "le noeud d'Héraclès" censé guérir les blessures.

 boucle d'oreille à disque : filigranes et granulations III eme siècle av J C 
                                                                                 British Museum
 Après la mort de Philippe  II de Macédoine en 336 av JC, le règne d'Alexandre le Grand apporte stabilité et expansion permettant la diffusion de la culture grecque qui impose un style de joaillerie commun à tous ses nouveaux territoires, l'Asie Mineure, la Perse, l'Afghanistan et plus loin encore la vallée de l'Indus.


 collier décoré de filigranes et de granulations ; les sphères et les têtes sont creuses; artisanat grec de Tarente  : IV ème s av JC  British Museum
 
 Une nouvelle classe de marchands s'instaure,  la joaillerie n'est plus le monopole des rois et des puissants et l'influence des Perses, amoureux du luxe  se fait sentir, l'or grâce à ces échanges devient plus accessible.
Ce noeud d' Héraclès  devient commun à toutes les formes de bijoux. Ce symbole existait déjà chez les égyptiens et les minoens, mais l'innovation prépondérante de cette période est l'introduction de la couleur grâce à l'enchassement en cloisonné et l'usage de pierres comme les améthystes, les émeraudes, les grenats, sans oublier les perles et les céramiques.

                                      Boucles d'oreilles III ème s av J

          Les exemples sont nombreux de ces bijoux légers, faciles à porter.

  Collier de la première pèriode hellénistique; ruban d'or auquel sont accrochées de petites sphères creuses IV ème III ème s av JC.  British Museum

 Nous verrons ce que Rome a apporté à la joaillerie. 

 http://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1979_num_196_2_6913

http://www.intellego.fr/soutien-scolaire--/aide-scolaire-arts-appliques/le-motif-du-noeud-d-herakles/40299

lundi 5 décembre 2016

Civilisation Crétoise : Les Minoens

Il faut bien retoucher terre, !!! d'autant plus qu'elle réserve de belles surprises....
 Cette civilisation Crétoise se divise donc en trois périodes :

 Le Minoen ancien (2800-2000), dont les trouvailles majeures eurent lieu à Mochlos dans la région orientale de l'île, présente un artisanat moins élaboré que celui trouvé dans les tombes d'Our, bien que l'influence des Sumériens s'y fasse encore sentir. (Vous avez déja vu dans les articles précédents l'ornement pour la tête en feuilles d'or repoussé)

  La technique de l'or repoussé en fines lamelles s'explique, de même que leurs utilisations de placage sur des objets de fabrication plus ordinaire, par la raréfaction de ce métal dont la Crète ne possède pas de gisements.

Le Minoen moyen (2000)  : la civilisation minoenne se déplace vers le centre , l'est et le sud de l'île où sont édifiés les grands palais de Phaïstos, Màlia et le plus connu Cnossos. Victimes de tremblements de terre ils furent détruits  dans les années 1700 av J C mais reconstruits plus beaux encore.
 De la première période, l'on n'a pu exhumer que peu de joaillerie mais les artefacs de la seconde période présentent un artisanat plus raffiné avec des bijoux ornés de filigranes et de granulations.
On constate aussi l'influence égyptienne avec ses pierres de lapis-lazuli enchassées et des motifs géométriques et naturalistes.
Parmi les ornements apparaissent les boucles d'oreilles, les bagues aussi relèvent de l'influence égyptienne et surtout des sceaux enfilés à une cordelette liée autour du cou.
On trouve aussi des pierres tendres comme la stéatite mais aussi des pierres dures, cristal de roche, cornaline ou agates, travaillées en forme d'animaux ou de symboles magiques.

 Le Minoen récent et le mycenien : Malgré de fréquents tremblements de terre l'obstination de ces Crétois à reconstruire toujours plus beau parvint à influencer la culture des grecs mais vers les années 1400 av J C les Mycéniens soumirent Cnossos et firent la conquête de toute l'Egée.
Toujours avec les mêmes techniques, la vogue des diadèmes étant passée, on assiste à l'éclosion  de sphères aux décorations variées souvent marines, coquillages, nymphes, algues,  scarabées mais aussi l'oie, les canards, les crapauds  etc ;  et ceci jusque vers les années 1100 où l'invasion dorienne met fin à la fabrication de la joaillerie.

 Les Etrusques.
Peuples très probabement émigrés de l'Asie Mineure, les Etrusques s'installent de la basse plaine du Pô jusqu'au Tibre.
Leurs connaissances en métallurgie permettent la production d'une orfévrerie raffinée, pendant environ quatre siècles jusqu'à leur défaite devant les Romains au milieu du III ème siècle av J C.


                                         
                           détail d'une boucle d'oreille VII ème VI ème s Av J C

 On considère que les Etrusques sont les meilleurs artisans de toutes les civilisations antiques, vous pouvez en juger avec le raffinement de cette boucle d'oreille du VII siècle av J C  visible au British Museum.


 ce sont encore les tombes qui livrent leurs trésors ; leur forme d'ailleurs donne à penser que l'origine des étrusques est bien l'Asie Mineure ; il en de méme pour la qualité des objets qui peuvent être en ivoire en bronze, mais l'histoire laisse planer un doute.. les Etrusqes étaient-ils des pirates ?
 ou bien des adeptes de l'échange...
 fer et cuivre contre or ??





 Mais les tehniques sont inchangées , granulations, or repoussé , incrustations, rondes bosses aussi et majoritairement sur les boucles d'oreilles très en vogue à cette époque.













Pour exemple ces différentes formes de boucles d'oreille, à nacelle comme au-dessus,  à nacelle encore ci- dessous  ou en cartable : la technique certes mais l'imagination aussi.





 (British Museum)

 http://antikforever.com/Grece/Minoens/palais.htm

samedi 3 décembre 2016

Joyaux de perles de gel et Breguet XIV

 Pour faire suite à notre série de bijoux, accrochage un peu désordonné de cette toile d'araignée :


ces perles de gel vont quand même fondre .... comme neige au soleil


                      les toupets du palmier mettront plus de temps



 Mais c'est un autre bijou que je veux vous présenter ce soir et c'était  pour vous dire que je me suis gelée ce matin sur le tarmak de l'aérodrome de Lasbordes.




Sous un hangar avec le vrombrissement des moteurs des avions de l'Aéroclub qui couvrait la voix de notre présentateur, encore  une évocation des performances de notre Bréguet XIV .
100  ans ; ça se souhaite  ! et on peut plusieurs fois reprendre du gâteau. Le film tourné sur la réplique du vol  en 2010 où on voit l'appareil longer les côtes espagnoles puis africaines est très émouvant .
 Ce matin, perchée, sur une échelle, je pouvais prendre la mesure de l'inconfort du cockpit et des performances sportives que représentaient un voyage jusqu'au Cap Juby.



 Tel un relais de poste, le voyage se faisait en plusieurs étapes ; l'appareil nécessitant plusieus heures de révision, c'est un autre appareil qui décollait à son tour avec la précieuse cargaison de courriers.
 Je vous laisse tout loisir de replonger dans les récits de Saint Exupéry ;
  Courrier Sud, par exemple ou Vol de nuit... ?

et d'apprécier l'appareil sans autres commentaires


http://montaiguvendee.fr/cms/uploads/pdf/Bibliotheque/Saint-Exupery/Saint_Exupery_Courrier_sud.pdf


               les réservoirs d'essence sont juste derrière le moteur






                                                        Photos Copyright Isarde

http://www.breguet14.org/html/index_nobreg.htm





 Ces panneaux de fond de la conférence sont explicatifs de ce que sera,
 "La piste des Géants"
aménagement de l'autre aérodrome mythique de Toulouse d'où décollait l'aéropostale : Montaudran.
 Je n'avais pas eu, hier,
le temps, de finir cet article et voulais absolument vous montrer ce qu'est l'esprit pionnier :


 et avec pour fond, la Cité de l'Espace, quelques autres ailes volantes...